Yéli vous explique la flambée des prix de l’énergie

La hausse des tarifs de l'énergie expliquée par Yéli

Après une année 2020 monotone suite à la crise sanitaire, 2021 s’annonçait être une année de reprise économique mondiale. Et ce fut le cas, notamment pour la France qui a enregistré l'année dernière un taux de croissance économique de + 7 %.

Parallèlement et dans le même temps, les prix de l'énergie n'ont eu de cesse d'augmenter avec, pour conséquence directe, un impact non négligeable sur le pouvoir d'achat des français.

A cette inflation des prix énergétiques due, en 2021, au déséquilibre mondial de l'offre et de la demande, s'ajoute aujourd'hui un contexte géopolitique tendu avec la guerre en Ukraine.

Face à cette situation inédite et pour bien comprendre ce qui se joue actuellement sur les marchés du gaz et de l'électricité, Yéli décrypte pour vous la flambée des prix de l’énergie, et vous aide à mieux comprendre les différentes offres disponibles sur le marché.  

Comment les prix du gaz s’envolent-ils ? 

Les cours du gaz ont beaucoup chuté en 2020 du fait de la diminution de la consommation.

Mais avec la reprise de l’activité mondiale constatée en 2021, la demande de gaz est repartie à la hausse et ses prix d'autant. Le prix du Mégawattheure de gaz naturel sur les marchés de gros a ainsi subi une hausse de + 460 % entre mars et décembre 2021.

Mais quels ont été les éléments déclencheurs de cette hausse ? 

Tout d’abord, intéressons-nous à l’Asie.  

Après la crise, l’Asie connaît depuis 2021, et encore aujourd'hui, une forte reprise économique. Or, afin de faire tourner leurs usines, ils ont besoin de beaucoup d’électricité. Pour fabriquer leur électricité, ils ont besoin… de gaz ! Les centrales thermiques sont très nombreuses dans cette région du monde, et le gaz se paie donc très cher. Pour cette raison, les paquebots de GNL (gaz naturel liquéfié) ont tendance à partir plus volontiers vers l’Asie que vers l’Europe.

Cette loi de l'offre et de la demande a, de fait, entrainé un déséquilibre économique mondial qui, depuis 2021 et encore actuellement, se répercute sur les prix des marchés de gros européens.   

Regardons à présent la situation en Russie. 

En 2021 et après plus de trois ans de travaux, les tensions se sont articulées autour du pipeline Nord Stream 2, qui relie la Russie à l’Allemagne. La Russie, très gros exportateur de gaz, souhaitait en effet une mise en route rapide du pipeline. Le pays exerça donc une pression sur l’Europe en limitant ses exportations de gaz, dans le but de faire avancer plus vite le projet… 

Parallèlement à cela, les pays européens souhaitèrent stocker un maximum de gaz pour couvrir la période hivernale 2021-2022, accentuant encore un peu l'inflation des prix énergétiques.

Cette situation géopolitique déjà tendue en 2021 entre l'Europe et la Russie, s'est accentuée en 2022 avec la guerre en Ukraine. Ce conflit fait en effet craindre, dans un proche avenir, une pénurie des énergies fossiles, renforçant encore l'instabilité des prix du marché du gaz.

Toutes ces raisons ont ainsi eu un impact direct sur le prix du kWh en France, depuis mi-2021 et jusqu'à aujourd'hui. Car la France n'est pas productrice de gaz naturel et achète le gaz sur les marchés de gros. Elle est donc d'autant plus directement touchée par la flambée des prix qui se répercute, de fait, sur le prix du kWh.  

Mais de combien parle-t-on ?  

Après de fortes hausses enregistrées en juillet, août et septembre, une nouvelle hausse de 12,6% des Tarifs Réglementés de Vente de gaz a été enregistrée au 1er octobre 2021. Il s’agit de la plus forte hausse depuis 2013. Le prix du gaz a ainsi été multiplié par 6, entre avril et octobre 2021.

Cette hausse des prix concerne plus 5 millions de clients particuliers en France. Concrètement, un foyer qui chauffe son logement au gaz naturel verra sa facture augmenter de presque 500€ par rapport au niveau du mois d’avril. 

Pour limiter cette hausse, le premier ministre, Jean Castex, a annoncé le 30 septembre 2021 un gel des Tarifs Réglementés de Vente de gaz avec la mise en place d'un bouclier tarifaire à partir du 1er novembre 2021. Depuis cette date et aujourd'hui encore, ce bouclier bloque les Tarifs Réglementés de Vente de gaz au niveau du prix de ceux établis en octobre 2021.

Ce gel des prix restera en vigueur jusqu'au 31 décembre 2022.

Quid de l’électricité ? 

L’électricité augmente aussi fortement depuis l'année dernière : de 50€ le MWh en janvier 2021, il est passé à 165€ fin octobre 2021 et à 222€ en décembre dernier… Soit une hausse de +344 % à l'achat.

Cette augmentation des prix de l'électricité est la conséquence directe du contexte de crise énergétique inédite que nous vivons actuellement sur le marché du gaz.

Mais pourquoi ? Parce que le gaz est un élément essentiel à la production d'électricité. Ces deux énergies sont donc fortement liées : quand il existe des tensions tarifaires sur le marché du gaz, elles se répercutent automatiquement sur celui de l'électricité.

Là encore, Jean Castex a décidé de bloquer l’augmentation du Tarif Réglementé de Vente de l’électricité grâce à la mise en place en place d'un bouclier tarifaire, limitant ainsi la hausse appliquée au 1er février 2022 à 4 % TTC en moyenne, sur le territoire national.   

Le prix de l'électricité expliqué par Yéli

Tarif réglementé vs offres de marché 

Le tarif réglementé est un tarif fixé par les pouvoirs publics : seuls les fournisseurs historiques (et les entreprises locales de distribution (dont GEG) ont le droit de le commercialiser.  

Le tarif règlementé de l’électricité concerne 70% des foyers français. Il évolue deux fois par an, en février et en août.

Son prix est fixé par décision de l’Etat après consultation de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). Il est aussi appelé Tarif Bleu.   

Le tarif réglementé du gaz naturel est lui aussi fixé par l’Etat. Il concerne près de 5 millions de foyers en France.  

Contrairement à l’électricité, il n’est plus possible de souscrire un contrat de gaz au tarif réglementé depuis fin 2019.

En effet, la loi Energie-Climat du 8 novembre 2019 a déclaré la fin du TR gaz au 30 juin 2023 pour les particuliers.  

Depuis 2007, le marché de l’énergie est ouvert : plus de 40 fournisseurs « alternatifs » sont recensés sur tout le territoire français pour proposer des offres en gaz et/ou en électricité.

C’est en 2007 que sont apparues les premières offres de marché. Ces dernières sont commercialisées par les fournisseurs alternatifs ET les fournisseurs historiques…. De quoi perdre la tête au moment de la souscription !  

Dans le cadre d’une offre de marché, le prix du kWh est librement fixé par le fournisseur par l’intermédiaire d’un contrat avec son client.  

C’est quoi une offre à prix fixes ? 

Il existe plusieurs offres de marché pour le gaz et l’électricité. Certaines sont indexées sur le tarif réglementé - c’est-à-dire que leur prix évolue en fonction de ce tarif règlementé – d’autres sont à prix fixes avec une durée déterminée. Chez Yéli, nous avons choisi de vous proposer une offre dont le prix de la fourniture d’énergie est garanti sans hausse pendant 3 ans. Regardons ensemble les caractéristiques de cette offre.  

Aussi appelées « offres à prix bloqués », elles ont pour objectif de permettre aux consommateurs de maîtriser leur budget sur une période donnée. Contrairement au tarif réglementé ou aux offres à prix indexés dont les prix ont tendance à évoluer régulièrement, le prix des offres fixes reste le même que celui qui a été signé au moment du contrat.  

Concrètement, en cas de signature d’un contrat en électricité avec Yéli au 1er septembre 2021, le consommateur conserve le même prix du kWh et de l’abonnement pour la partie fourniture jusqu’au 1er septembre 2024. Pour un contrat gaz, Yéli vous garantit un prix fixe pour la partie fourniture ET acheminement  

De plus, l’engagement concerne uniquement le fournisseur : le consommateur, lui, a le choix de résilier son contrat à tout moment sans aucun frais.  

Regardons ensemble la composition d’une facture d’énergie chez Yéli en Juin 2021

 

Composition d’une facture Yéli électricité 100% énergie verte, puissance 6 kVA en simple tarif.
Composition d’une facture Yéli électricité 100% énergie verte, puissance 6 kVA en simple tarif.
Composition d’une facture Yéli gaz 0% énergie verte, option tarifaire B1 en zone 1.
Composition d’une facture Yéli gaz 0% énergie verte, option tarifaire B1 en zone 1.

 

Attention cependant aux belles promesses : l’engagement des offres à prix fixes s’entend toujours hors taxes : autrement dit, il est possible que des charges supplémentaires s’appliquent en cas de fortes variations des tarifs réglementés par exemple.

Les taxes représentent près de 30% d’une facture totale.  

Pour un contrat en électricité, Yéli vous garantit que le prix de la fourniture auquel vous avez souscrit ne bougera pas pendant trois ans.

En revanche, nous ne pouvons pas vous promettre que votre facture n’évoluera pas : en tant que fournisseur d’énergie, nous sommes rémunérés sur la fourniture… et pas sur les taxes !

Les frais d’acheminement, qui sont également susceptibles d’évoluer, dépendent de l’évolution des tarifs d’utilisation des réseaux publics d’électricité. 

Cette mécanique s’applique à tous les fournisseurs d’énergie.   

Cela est légèrement différent pour le gaz, puisque la seule partie soumise aux évolutions éventuelles est celle des taxes. Encore une fois, vraiment trop fort ce Yéli !  

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Tout savoir sur l'ARENH

L'ARENH : un mécanisme pour stabiliser les prix de l'électricité

Mis en place en 2011, l’ARENH est plus que jamais d’actualité avec la flambée des prix de l’électricité que nous connaissons aujourd’hui....

Fournisseur d'énergie

Fournisseur d'énergie et Distributeur d'électricité et de gaz : qui fait quoi ?

Sur le marché énergétique, le fournisseur d’énergie et le distributeur d’électricité et de gaz sont deux métiers bien différents. Com...