L’éco-conception de produits, bénéfices et choix des biens éco-conçus

éco-conception

La protection de la planète est désormais au cœur des préoccupations.

Il n’est donc pas étonnant qu’un nombre croissant de consommateurs recherche des produits plus respectueux de l’environnement.

Choisir des biens éco-conçus fait partie des actions qui contribuent à consommer plus responsable. Mais sur quoi repose réellement ce principe d’éco-conception de produits ?

Découvrez plus en détail cette approche ainsi que quelques conseils afin de mieux identifier des biens de consommation et des services éco-conçus.

La démarche d’éco-conception de produits

Tout d’abord, un petit aperçu du principe d’éco-conception s’avère intéressant pour bien comprendre les avantages présentés par les produits éco-conçus.

L'éco-conception, comment ça marche ?

Multi-étapes et multi-critères, voici deux mots qui caractérisent l’approche d’éco-conception.

Afin d’éco-concevoir un produit, l’étude de son cycle de vie s’avère fort utile.

Les impacts environnementaux sont ainsi considérés à tous les « stades » :

  • prélèvement des matières premières ;
  • fabrication du produit ;
  • transport vers son lieu d’utilisation ;
  • usage et consommation d’énergie ;
  • élimination.

Cette analyse va permettre d’orienter les efforts, lors de la conception du bien, vers les étapes les moins performantes, afin de rechercher des alternatives pour limiter les impacts sur l’environnement.

Ainsi, un objet éco-conçu sera plus respectueux de la planète de son développement à son élimination. De plus, cette approche est multi-critères. En effet, les différents types d’impacts environnementaux du produit sont pris en compte : utilisation de ressources naturelles, effets sur la biodiversité, émissions de CO2, pollution de l’eau…

Cependant, éco-conception ne rime pas avec perte de performance.

Cette approche cherche avant tout à préserver les ressources, limiter les émissions polluantes…, mais la qualité d’usage de l’objet doit bien entendu être conservée !

Autre point important, les produits n’ont pas le monopole de l’éco-conception.

On peut également appliquer cette démarche aux services afin de limiter leurs impacts sur la planète !

Quels bénéfices pour l’environnement avec l’éco-conception de produits ?

Donc d’accord les produits éco-conçus sont plus respectueux de l’environnement. Mais concrètement, quels sont les bénéfices attendus ?

Favoriser les filières courtes, privilégier les matériaux recyclés, optimiser la fabrication ou encore améliorer la réparabilité, permet de limiter les impacts des produits éco-conçus.

Bien entendu, c’est l’environnement qui ressort gagnant.

Par exemple, si un objet peut remplir les mêmes performances en étant plus petit, autant diminuer sa taille, afin de réduire la consommation de matières premières. Ainsi, lorsque le produit ne sera plus utilisé, la quantité de plastique (ou autre matériau) à éliminer ou à recycler sera plus limitée !

Identifier les produits éco-conçus pour consommer plus responsable

On l’a vu, les produits éco-conçus s’avèrent moins impactant pour la planète de leur création à leur fin de vie. Mais encore faut-il bien les repérer !

En effet, entre les différents labels environnementaux et mentions telles que « produit naturel » ou « écologique » affichés sur les emballages on peut avoir du mal à s’y retrouver.

C’est là que les écolabels jouent tout leur rôle ! Ils s’appuient sur la norme internationale ISO 14024 qui donne des lignes directrices comme :

  • la liste des critères à prendre en compte ;
  • la nécessité de considérer le cycle de vie des produits dans sa totalité ;
  • le recours à un organisme indépendant pour l’obtention de la certification ;
  • l’obligation d’une mise à jour continue des critères.

Orienter sa consommation vers ces écolabels permet donc de sélectionner des biens et services plus respectueux de l’environnement, et qui conservent en parallèle un bon niveau de performance.

Actuellement, en France, on retrouve notamment l’écolabel européen et la marque NF environnement.

L'écolabel européen est reconnaissable avec son logo à fleur à étoiles
L'écolabel européen est reconnaissable avec son logo à fleur à étoiles.

Focus sur l’écolabel européen

La petite fleur avec des pétales en forme d’étoiles s’affiche sur de nombreux emballages ou étiquettes.

Cet écolabel européen, qui prend en compte les aspects environnementaux et s’intéresse également à la santé, mérite donc un petit coup de projecteur.

L’écolabel européen en quelques chiffres (1)

Il concerne différentes catégories de biens ou services, qui vont des produits ménagers aux hébergements touristiques en passant par le mobilier ou encore le linge de lit.

En mars 2021, plus de 78 000 biens ou services (dont plus de 8000 en France) répartis en 24 catégories bénéficiaient de l’écolabel européen.

Preuve que les achats responsables ont le vent en poupe, le nombre de produits qui disposent de cette labellisation est en augmentation.

À titre d’exemple, une évolution de + 31 % et de + 26 % a respectivement été observée pour les lubrifiants et les lessives, en six mois (chiffres pris en mars 2021).

L’éco-conception de produits à travers deux exemples

Et si on s’intéressait au cahier des charges de deux cas concrets de biens et services afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’écolabel européen ? C’est parti !

> Hébergement touristique

Même en vacances on peut faire des petits gestes pour la planète ! Hôtel, gîte, chambre d’hôtes, camping, on peut retrouver l’écolabel européen dans différentes catégories d’hébergements.

Ces établissements doivent, entre autres, répondre aux critères suivants :

  • prise en compte de seuils de consommation d’eau pour les sanitaires ;
  • tri des déchets afin de les valoriser ;
  • mise en place de double vitrage sur au moins 90 % des fenêtres des chambres et des espaces communs ;
  • limitation de l’usage des produits jetables.

Ces hébergements labellisés permettent de faire rimer loisir avec respect de l’environnement !

> Meuble en bois

Si on choisit un meuble en bois pour son intérieur qui bénéficie du label à la petite fleur, voici quelques exemples de critères pris en compte au cours de sa conception :

  • interdiction lors de la production des substances problématiques pour la santé ou toxiques pour le milieu aquatique ;
  • utilisation d’au moins 70 % de fibres de bois recyclées ou issues de forêts dont la gestion est qualifiée de durable ;
  • démontage aisé du meuble afin d’optimiser sa réparation ou son recyclage ;
  • disponibilité des pièces de rechange pendant au moins 5 ans.

Choisir des biens ou services éco-conçus permet donc de s’inscrire dans une démarche plus respectueuse de l’environnement.

Et avec les écolabels, on a la garantie d’acheter des produits plus doux pour la planète !

De plus, d’autres labels environnementaux pour consommer plus responsable sont également disponibles dans des domaines variés comme l’alimentation, l’hygiène, l’habillement, les produits électroniques…

Afin d’accompagner les consommateurs, l’ADEME en a analysé et noté près d’une centaine. Suivez le guide !
 

Sources :
(1) : www.ecolabel.eu
(2) : ADEME, agir pour la transition les labels environnementaux

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Les alternatives au plastique

Bioplastique, bambou, tissu… 6 alternatives aux objets en plastique

Jouets, emballages, ustensiles de cuisine, vêtements, sacs…, le plastique est omniprésent dans nos vies. Mais pour la planète, le plastique n’est pas vraiment fantastique. En effet, ce matériau iss...

empreinte carbone

Réduire son Empreinte Carbone, comprendre pour mieux agir

Avec la prise de conscience des enjeux environnementaux, le terme « empreinte carbone » est devenu très en vogue. C’est d’ailleurs à présent une habitude de voir cet impact carbone...